AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Candidature de Duncan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ultimate

avatar

Pseudo Minecraft : Say2Slay / Ships
Messages : 748
Date d'inscription : 24/10/2012
Age : 17
Localisation : Midi-Pyrénées

MessageSujet: Candidature de Duncan   Sam 27 Sep - 12:11

Nom : Inconnu .
Prénom : Duncan .
Âge : 20 ans .
Race : Humain .
Classe : Assassin .
Genre : Homme .
Parrain : (Qui vous a fait découvrir Salveria) : Moi-même (bitch) .
Métier :  Chasseur .
Sait il lire ou écrire ? : Non .
Autre chose a dire sur le personnage : Duncan peut avoir des élans héroïques pas forcément intelligents par moment ...

Parlez nous de votre personnage : 

Duncan n'est pas une de ces brutes baraquées bien comme il faut pour dézinguer tout un bataillon . Non, il a juste le strict nécessaire pour pouvoir s'en sortir lors d'une confrontation . Il mise plutôt sur le côté mince et souple de son corps (Ça veut pas dire que la moitié de son corps et musclé et l'autre mince hein ...) afin de porter des coups inattendus à l'adversaire, ou encore pour se faufiler discrètement dans des endroits inaccessibles par les barbares du quotidien .

Sur les quelques traits lisibles physiques de son visage, on peut voir une peau à l'air bronzée, qui n'est en faite que recouverte de la terre qui l'a recouvert à travers ses périples, des yeux noirs comme la nuit et des cheveux quelque peu gras et bruns . Des oreilles pas trop décollées contournent son visage, et pour finir, la forme elle-même du visage est un située entre le rond et le rectangulaire, mais sans pour autant rendre Duncan mal fichu, bien au contraire .

En RP : 


Prologue :


      C'était par une soirée presque parfaite dans la cité de Myrisia, connue pour son immense pauvreté, sa famine et ses maladies diverses et variées ... Un soir où un homme rentrait à sa demeure, complètement saoulé après avoir tenté de noyer ses soucis dans l'alcool et les jeux . Oui, tenté, car en fait il n'a fait qu'en attirer plus ... Une fois terminé de passer les ruelles où le brouillard avait pris sa place là où il le pouvait, et les dizaines de corps victimes de la maladie là où il en restait, Il toqua à la porte d'une maisonnette à moitié délabrée, mais qui semblait encore tenir debout . Comme si le destin avait décidé d'épargner les habitants des lieux ... Pour le moment . L'homme éclata de rire après s'être rappelé qu'il était à sa propre maison . Il envoie valser la porte d'un grand coup de pied ."C'eEEeeEst mooooIIIiiIiiII !", dit-il avec une voix complètement étouffée par l'odeur de la bière . Une femme débarqua de ce qui servait de salon à la maison, et commença à lui faire la morale . Il va sans dire qu'insultes et hurlements sont de la partie . Mais ce qui est important de dire, c'est qu'un témoin de la scène reste là, tapis dans l'ombre, et observe ses parents . Pour lui, c'est simplement le quotidien . Même s'il ne comprenait rien du haut de ses quatre ans, il savait bien qu'il y avait un problème . Comme d'habitude, se dit-il ...
Cet enfant s'appelait Duncan . Et malgré le quotidien de sa vie, le destin n'a pas fini de lui réserver des surprises .

Un début à tout :

      Pour lutter contre la pauvreté du royaume, le roi de Myrisia, "Le Corrompu" David n'a trouvé nulle autre solution que de faire payer une taxe extrêmement chère à tous les habitants du royaume, sans se rendre compte que cette décision ne faisait qu'empirer les choses . Mais pour lui, l'argent fait le bonheur, alors tant qu'il en a ...
Pendant la énième dispute entre les parents du petit enfant, tous entendirent de violents coups de poing sur la porte . Quelqu'un venait de toquer . La mère, Elysia, se calma et ordonna à son mari complètement vide de dignité d'aller se réfugier ailleurs . Il ne faudrait pas donner une mauvaise image à la personne qui voudrait leur parler . Elle ouvrit la porte, et tomba nez à nez avec la garde du royaume .
"Bien le bonsoir, madame . Êtes-vous dans la capacité de payer la taxe quotidienne au bon roi David ?"
La femme regarda le soldat, avec des yeux de chagrin comme on en n'a jamais vu, et sur le point de s'effondrer . Durant leur dispute, Elysia appris par son mari que toutes leurs économies se sont envolées dans la soirée . Addict des jeux qu'il connaît à peine, le père a englouti la moindre des pièces de sa famille dans l'hydromel et l'amusement, sans penser aux conséquences qui pourraient s'en suivre .

Finalement, la femme tomba aux pieds des gardes et les imploraient de leur laisser le temps de payer la taxe . Évidemment, elle essuya un refus cuisant . C'était sûrement la fin . Caché dans le coin de la salle, le père entendit tout . et Duncan aussi . Pendant que ce dernier tentait de consoler sa mère par ses petits câlins, pas forcément très réussis quand on sait que des bras de trente centimètres ne peuvent entourer complètement une femme âgée de 30 ans environs . Le père, lui, se contenta de se cacher plus loin dans la maison . Il était tout aussi désolé que la mère, mais ça ne l'empêchait d'agir . Après, reste à savoir s'il agit pour lui ou pour le monde ... La réponse survint le lendemain matin . La famille recevait une autre patrouille de soldats qui venait les sommer de faire leurs bagages et de partir . Le père n'était pas présent, comme s'il s'était volatilisé ... Et en effet, il était parti . Elysia est une femme intelligente, issue d'une famille noble ayant coupé les ponts avec elle après qu'elle aie pris la décision de se marier avec son homme . Une honte, pour une aristocrate de s'unir à jamais avec l'ivrogne du quartier ... Toujours est-il qu'elle trouva une note, laissée à l'arrache sur la table . Elle était d'un teint jaunâtre, encornée et entaillée par endroits .

Duncan était sur le côté . Il ne comprenait absolument plus rien . Il était perdu dans son petit monde d'obscurité, et ne vit qu'une seule faible lueur . Sa mère, qui venait à nouveau de tomber en larmes . Sans tenter de faire quoi que ce soit, uniquement par le lien paternel qui l'unit au lâche joueur alcoolique qui lui sert de père, il comprit qu'il ne le reverra plus jamais, et que cela allait le mettre dans un sacré pétrin lui et sa mère . 

La vie, une histoire de survie :


      Personne dans tout Myrisia ne pensait à aider Elysia et son fils, maintenant devenus des sans abris parmi tant d'autres ... Le roi David, cet avare corrompu avait, à l'aide du père de la famille, ruiné tout espoir de vie normale pour Duncan et sa mère . Quoiqu'au début, tout allait plutôt bien . Il suffisait de mendier quelques passants qu'ils connaissaient par le passé en tant qu'amis, afin de recevoir quelques restes, et, exceptionnellement, de l'argent pour payer le reste des provisions .
Mais le temps passait, les relations aussi ... Finalement, la mère et son fils furent complètement ignorés de la population . La famine et la pauvreté prenait le dessus, dans cette guerre du quotidien qu'est la survie . ils passèrent à l'étape supérieure .

Elysia fouillait dans les déchets de la population, pendant que Duncan faisait le guet . Cela leur permettait de tenir sans argent, mais avec plus de risques bien évidemment . Qui serait capable de manger un morceau de viande qui traînait sur une cuisse de poulet, qui traînait elle-même dans les caniveaux d'une société qui s'écroule ? Et pourtant, c'est ce que firent la femme et l'enfant . Mais comme le destin semble avoir décidé de s'acharner sur eux, Elysia finit par tomber malade . Quelle idée de manger de la nourriture pourrie jusqu'à la moindre fibre quand on sait que la famine est toujours une mort plus douce que la maladie de Myrisia ? Elle ordonna à Duncan de ne plus manger leurs réserves de détritus, de manière à l'épargner le plus longtemps possible . La situation empirait . Elysia n'avait plus qu'une solution, si elle voulait que son fils s'en sorte un minimum . Elle donna l'ordre à ce dernier de rester dans leur sombre coin qui servait d'abri, où les rats s'invitaient et les "collègues" qui étaient dans la même situation qu'eux habitaient aussi, pendant qu'Elysia partait dans les beaux quartiers de la ville . Duncan ne put apercevoir que les quelques lambeaux de vêtements de sa mère qui étaient déchirés par endroits et qui la rendait plus aguicheuse que jamais . Le petit enfant ne comprit pas le stratagème de sa mère, mais je pense que vous tous ici l'aurez compris ... Le soir, Elysia rentrait, épuisée et dans un sale état . Elle cachait entre ses seins une bourse qui était attachée à un fil autour de son cou . Elle en sortit quelques pièces, les donna à Duncan et lui sourit en lui demandant de leur rapporter de quoi boire et manger . Quand il revint de l'épicerie qui se trouvait à quelques kilomètres, tout content, il trouva sa mère endormie, morte de fatigue . La journée a été dure pour elle ... Et il n'avait pas besoin de savoir ce qu'elle faisait de son temps pour savoir ça .

Mais le destin continue de battre la petite famille . Le temps passe, la maladie d'Elysia la rend de plus en plus faible et fébrile, tandis qu'elle se flétrit et devient bien moins séduisante que par le passé . Son travail clandestin ne pouvait plus fonctionner . Elle comptait sur son fils, qui avait désormais l'âge de quatorze ans, pour s'occuper d'elle, à l'aide des quelques économies qui leur restait et de l'intelligence de ce dernier . Il n'eut d'autre choix, après avoir terminé leur petite bourse, que de commettre un crime, qui allait s'intégrer à son quotidien désormais . Duncan manipula les citoyens pour occuper les marchands pendant qu'il vidait leur stock de provisions . Cette stratégie fonctionnait très bien, jusqu'au jour où Duncan se fit attrapé . Lors d'une tentative de vol à l'épicerie la plus proche, le marchand poursuivit le jeune homme qui partit se réfugier dans son abri improvisé . Sa mère entendit les hurlements de rage du commerçant et pris ce qui lui tombait sous la main . Duncan passait l'entrée, indemne, mais par l'épicier, qui finit avec une belle bosse sur le crâne .
Il s'en est finalement allé en râlant, pour revenir avec la garde . Duncan mangeait le bout de pain qu'il avait dérobé, victorieux, tandis que sa mère s'expliquait avec la milice . Elle fut emportée de force dans le dos de son fils, qui n'avait pas fait attention à ses cris de détresse ...

Le destin d'un homme :


      Duncan se rendit finalement compte de ce qui se passait . Sa mère avait disparu . Alarmé et complètement effrayé, il chercha les traces d'Elysia partout dans la ville, sans succès . Quand finalement, il passa devant le quartier général de la milice et reconnut parmi les milles et une voix présentes sur les lieux, le cri de sa mère . Un cri strident, horriblement rempli de douleur et de peur ... Duncan tenta d'observer ce qui se passait par les fenêtres . il grimpait avec difficulté sur les murs, les longea et arriva aux carreaux . Rien du tout . Mais quand il se retourna, il aperçut deux gardes tirer un corps du quartier général jusque dans la fosse commune . Entre les innombrables corps se trouvait celui de sa mère, totalement déchiré de part en part . Elle avait été torturée et tuée pour avoir tenté de protéger son fils bien aimé ... Duncan s'agenouilla et commença à contempler le ciel, le visage recouvert de larmes . C'est à peine si la tristesse lui desserrait le cou afin de laisser un minimum d'air rentrer, de manière à ce que le jeune homme souffre le plus longtemps possible . Mais ce n'était plus le temps pour pleurer sa mère . Un archer qui se trouvait sur le toit du quartier l'avait repéré, et il était temps de filer . Il trébucha en tentant de sauter du mur, et se blessa grièvement la jambe dans le caniveau où il se trouvait . Mais la chance tourna, et les gardes n'avaient pas eu l'idée de regarder dans cette direction . Au contraire, ils persécutèrent la populace pour retrouver l'enfant .

Il ne savait plus quoi faire du tout . Son père s'en est allé, et sa mère es morte . Duncan ne pense plus qu'à mettre fin à ses souffrances ... Mais difficile de trouver comment faire quand on a une jambe cassée au fond d'un caniveau .

Il resta accroupi, en train de croupir dans le coin sombre où il avait atterri, quand une main le secourut par les toits . "Viens petit, on a pas le temps !" Duncan fixa la main avec toujours autant de larmes sur le visage, et sans réfléchir, il l'empoigna .
Le jeune enfant se fit soulever par son sauveur et monta sur le toit . "Baisse-toi !" La garde continuait de passer . Heureusement, il s'agissait de la dernière patrouille qu'il restait . Duncan finit d'observer l'action qui se déroulait dans les rues de la cité, et se tourna brusquement face à celui qui lui avait prêté son aide . Il portait une tenue de cuir noire, un peu comme celle des vagabonds qui passaient en ville du temps où tout allait pour le mieux . Un foulard masquait le bas de son visage et la capuche voilait le haut . Les deux seuls points visibles étaient ses yeux : un œil blanc, comme atteint de la cataracte, et l'autre marron foncé . La nuit et le jour . Le ying et le yang . Était-ce un peu comme un signe ?
Toujours est-il que les lieux n'étaient toujours pas sûrs . Sans besoin de dire un mot, le jeune homme suivit l'aîné, et tous deux se dirigèrent vers la tour de l'horloge de la ville . Duncan était en trop mauvais état pour pouvoir grimper aussi habilement qu'a du faire son sauveur pour atteindre les toits . "On va passer par un passage sécurisé .." Toujours derrière de l'homme, le jeune suivit ses moindres faits et gestes . Il finirent par arriver à l'arrière de la tour . Il semblait n'y avoir rien de plus que quelques tonneaux vides et des sacs de nourritures périmée . Et pourtant, parmi ces broutilles se cachait un petit mécanisme .
Duncan avait déjà compris comment il fonctionnait . Une sorte de balance, enfin de compte . Il fallait placer un tonneau à gauche, deux à droite, un sac pourri sur aucun des deux et partager les quatre restants entre les deux côtés .
Après avoir bougé tout ça, le mur se fissura légèrement, et dans un bruit d'écroulement, le mur s'ouvrit . Duncan fut quelque peu stupéfait, mais avança sans y prêter attention, toujours devancé par le grand homme . Finalement, ils arrivèrent dans une sorte de salon improvisé qui avait de tout . Livres, table et chaises, cuisine ... Une maison pratique, à l'abri des regards indiscrets .

La formation commence :

      "Tu es dans un sale état, petit .. Laisse-moi te soigner ça . Je m'appelle .. Non, appelle-moi simplement Maître ." Duncan ne comprit pas, mais au point où il en est, et par respect pour son sauveur, il allait désormais l'appeler comme ça . Et nous aussi, d'ailleurs . Le maître et son élève tapaient la causette entre deux gémissements de douleur que Duncan poussait . La médecine de ce royaume est vraiment dure à supporter, mais extrêmement efficace . Le jeune enfant sourit, et remercia son maître . Mais il fut pris dans un élan de curiosité, et commença à lui poser toutes sortes de questions .
Qui êtes-vous, pourquoi l'avoir sauvé, quel est votre vrai nom, quel est cet endroit .. Ce que le maître s'empressa de répondre :
"Je ne suis personne . Je t'ai sauvé car tu étais dans le besoin . Toute personne dans le besoin nécessitent une aide, et tu as reçu la mienne . Je n'ai pas de vrai nom . Nous sommes dans mon petit quartier . Ici, nous serons en sécurité, et nous pourrons vivre tranquillement . Tu as faim ?" Le maître semblait finir ses phrases le plus rapidement possible, comme si chaque seconde était cruciale . Mais Duncan ne fit pas attention à cela . Non, la question que lui avait posé son maître l'importait bien plus ... Il hocha la tête assez vite, comme s'il était pressé de recevoir un cadeau d'anniversaire, un sourire aux lèvres . Son maître lui servit ce qu'il avait de meilleur, une salade de légumes avec un minuscule bout de viande . Ce n'était pas grand chose, mais pour Duncan, ce fut largement assez . Il se remplit la panse en un rien de temps . Étonné par la faim du petit, le maître ricana . "Bien, passons aux choses sérieuses . Pour être honnête, je t'ai aussi sauvé parce que j'aurais besoin .. D'un élève, un apprenti à qui j'enseignerais tout mon savoir, mes secrets .. Afin qu'il puisse les enseigner à son tour . Mes connaissances et mon savoir-faire doivent perdurer dans ce pauvre monde, tout comme mon idéologie ." Duncan le prit pour un égoïste dans un premier temps, mais des années plus tard, il se rendra compte qu'il vaudrait mieux faire ce que son maître lui avait dit . Mais revenons à notre moment . Le jeune enfant haussa un sourcil d'un air accusateur . Se ficherait-il de lui ? Mais toujours dans un élan de respect et de remerciement, il hocha la tête et accepta .
Ainsi Duncan en apprit plus sur son maître . Les jours, les semaines puis les mois passèrent . Le jeune apprenti finit par savoir que son maître est le plus grand maître-voleur de la cité . Surnommé "Le Corbeau", par ses congénères et ses victimes . Non pas qu'il tuait des gens, mais le nombre de personne dont il a dérobé les richesses sont innombrables .

      Le temps continuait de passer . Duncan prit des années, et l'expérience qui va avec . Il commença à son tour à devenir connu comme étant le seul homme de 15 ans à voler de manière aussi subtile que son maître . Peut-être le dépasse-t-il déjà .. ? Le temps s'écoulait encore . L'expérience augmentait, la popularité de Duncan, désormais connu comme étant "Le guerrier obscur" pour certains de ces exploits dont nous ne citerons pas les faits pour des raisons de censure, rien de dérangeant, mais plutôt sanglant . Son maître s'interrogea sur la sincérité de Duncan à propos du respect de l'idéologie de son maître . Ne jamais tuer personne, simplement les voler . Le temps passait, encore et encore .. Duncan avait atteint les dix-huit ans . Son maître, fier de lui, posa une main sur l'épaule de son apprenti et lui dit que pour terminer sa formation, il ne restait plus qu'à passer à la pratique . Il ne s'agissait pas de remplir une simple mission de vol dans une maison bourgeoise, non ... Ils devaient s'infiltrer dans le château de la famille royale afin d'y subtiliser le collier en diamants du roi .
Duncan accepta, empressé de commencer la mission . Lui et son maître arrivèrent tous deux devant le domaine en question ...

Toute chose a une fin :

      Sans dire un mot, le maître escalada la muraille sans difficulté et assomma l'archer . Duncan le suit de près et assomma le second . Arrivés devant une fenêtre, qui était celle de la chambre du roi, les deux voleurs sourirent . Mais Duncan se posa une question : Cela semblait trop facile ... Simplement deux archers à l'extérieur, quand il s'agit de garder le château abritant le souverain du royaume ? Louche ... Mais toujours exaltés par le collier serti de dizaines de minuscules diamants qui l'attendaient, lui et son maître, Duncan se dépêcha de crocheter la fenêtre . Et sans difficulté, ils infiltrèrent l'intérieur du château . Dans le lit, une grosse silhouette gélatineuse ronflait . C'était le roi qui dormait à poings fermés . Les voleurs commencèrent à fouiller les lieux, en quête du précieux bijou, mais sans succès . Soudain, le roi bougea dans son sommeil . Le maître et son apprenti restèrent sur place, fixant de peur l'endormi . Finalement, il ne s'était pas réveillé . Et Duncan aperçu en fait que le collier était toujours au cou du roi . Il le signala à son maître, et tous deux unirent leur savoir-faire pour le retirer sans réveiller le roi . Finalement, ils y arrivèrent . Mais au moment où le maître mit le collier en poche, un bataillon de la garde avait débarqué dans la chambre . Cinq archers étaient placés par fenêtres, parés à tirer si nécessaire . Le roi se leva et sourit . Il a bien du récupérer de son sommeil, puisqu'il ricana allègrement, comme le ferait un démon .

      La mission avait échoué . Les voleurs furent séparés de leur équipement, et mis en cage séparément mais côte-à-côte .
Le brouhaha de la foule s'entendait à travers les barreaux de la prison . Mais par-delà les hurlements des villageois, ceux du chef de la garde se firent entendre encore plus ."Nous avons triomphé, citoyens ! Nous avons vaincu, citoyens ! Et nous allons punir, citoyens !!" Le maître et l'élève allèrent se faire exécuter ... À moins que l'un des deux ne se décide à tenter quelque chose . Habilement et discrètement, sous les yeux d'un garde un peu arrosé par la veille de l'exécution, le maître sorti une épingle de sa botte, subtilement cachée dans sa chaussette et qu'il put retirer par un trou de la même chaussette .
Il crocheta la serrure de la cage après s'être libéré les mains des fébriles bouts de cordes qui les emmêlaient . Il assomma le garde d'un puissant uppercut avant qu'il ne puisse réagir, et ouvrit la cellule de Duncan avec le clés de l'ivrogne assommé . Sans comprendre pourquoi, Duncan reçut l'ordre de son maître de s'en aller en laissant derrière . Il obéit, et l'attendit sur un toit loin des prisons . Il put observer la scène de l'exécution qui les attendaient .. Et par la même occasion, il remarqua son maître-voleur sur l’échafaudage . Il ne comprit pas ce qu'il se passait . Le maître ne réagissait pas, il se laissait guider par les gardes, fixant la corde . Duncan commença à se perdre dans ses pensées . Pourquoi ne pas l'avoir suivi ? Pourquoi avoir décidé ce chemin-là ? S'est-il fait piégé ? L'élève observa la scène, horrifié et angoissé . Il ne savait pas ce qu'il se passait du tout . Finalement, la foule se tut et le chef de la garde tendait le bras vers le ciel . Il le baissa d'un cran . Puis d'un autre ... Et d'un dernier cran . Le bourreau acquiesça et tira un levier .

C'était la fin . Le maître gigotait encore un peu en l'air .. Dans son dernier soupir, il fixa l'endroit où se cachait Duncan . Comme s'il avait deviné depuis longtemps où il allait se cacher ...  Duncan se retourna et quitta la scène des yeux . Ces mêmes yeux étaient en larmes, une fois de plus ... Mais en se retournant, il aperçu un coffre sur le toit où il se trouvait . Il l'ouvrit, sanglotant, et retrouva une tenue quelque peu différente de celle qu'il avait en tant qu'apprenti . Il reconnut la qualité du tissu, la texture et l'équipement qui y était fixé . Il s'agissait d'une tenue de maître-voleur . Duncan avait terminé sa formation et avait dépassé son maître ... Sa dernière épreuve n'était pas de voler ce futile collier de diamants ... Mais de dire adieu à son maître . Duncan le comprit, et serra la tenue de toute ses forces dans ses poings . Il sécha ses larmes, et s'enfuit pour retourner dans son repère .

Épilogue :

      Duncan en avait marre . Cette ville lui avait finalement tout pris . Sa jeunesse, sa mère, et maintenant son maître . Fou de rage, il empoigna la tenue, l'enfila, et s'empara de l'épée de son maître-voleur . Il courut et sauta de toit en toit pour rejoindre la scène de l'exécution . Il saute sur la scène, et trancha la corde qui pendait son maître . Il savait bien que c'était trop tard, mais l'humiliation avait assez duré pour une personne aussi bonne que lui . Il se tourna vers le chef de la garde et le bourreau qui se tenaient devant lui, armés jusqu'aux dents . Duncan fronça les sourcils et provoquait l'adversaire . Le bourreau engagea, armé de son énorme hache . Le jeune homme esquiva sans difficulté et profite du fait que le bourreau ait bloqué la hache dans l'échafaudage pour l'envoyer valser d'un coup de pied dans la foule . En attendant qu'il revienne, Duncan pare de peu une attaque surprise du chef de la garde . Il se fit repousser, et percuta des gardes aussi présents sur le lieu de combat . Ces derniers tombèrent, mais permirent à Duncan de se redresser rapidement et de donner une attaque surprise . Il utilisa une botte secrète que son maître lui avait appris et se glissa rapidement dans le dos du chef de la garde . Il frappa sa tête d'un violent coup de manche, puis le regarde tomber au sol, sonné pour quelques temps . Le bourreau était quant à lui revenu sur scène . Il prit Duncan et le jeta sur le sol . Ce dernier se releva avec énormément de difficulté, mais ne renonça pas . Dans la chute, sa chère épée s'est brisée . Connaissant les moindres détails de la tenue, il fixa le bourreau, lui sauta dessus et donne un coup de sec avec la paume de sa main dans sa tête . Elle était désormais recouverte de sang . Personne ne comprit, sauf le Guerrier Obscur, qui savait que son maître avait inventé un système permettant la détraction et la rétraction de lames cachées dans les manches de la tenue . le chef de la garde s'était relevé, aidé de deux gardes, qui s'étaient empressés de mourir, empalés par ces mêmes lames secrètes . Finalement, le tour du chef était finalement arrivé .

Duncan le fixa, comme le chef le fixa à son tour, et un combat sans fin s'engagea . Les deux enchaînèrent les attaques et parèrent parfaitement celles de son adversaire . Enfin de compte, Duncan entailla violemment la jambe du chef, et le prit par le cou .

"Repose en paix ..."

Ces mots résonnèrent dans le crâne du chef . D'un regard terrorisé, il fixa les yeux de Duncan, ces yeux bleus qui lui inspiraient tant bien la vie que la mort ... Le Guerrier Obscur avait-il réellement ce genre de pouvoir ... ? Il passait désormais pour la faucheuse auprès de sa future victime . Ces mots étaient comme une signature laissée par Dieu lui-même . Duncan plongea son regard dans celui qui était désormais tel une fourmi, terrorisée par les géants pas de l'homme, et ne dit rien . Finalement, Duncan détracta sa lame dans sa gorge et la ressortit, recouverte de sang, laissant le corps de l'homme qui avait tué son maître gisant, évacuant tout le sang de son corps par la jugulaire .

Duncan en avait fini . Avant que le reste de la garde ne débarque, il rétracta sa lame et grimpa aisément les murs de la cités . Après les avoir passés, il s'enfuit en prenant la route .
Duncan pensait qu'en se vengeant, son esprit allait s'apaiser . Mais ce n'est pas le cas ... Aujourd'hui encore, ses rêves, ses pensées, sa vie sont terrorisés par ces instants qu'il se remémore sans cesse .

PHRASE DE PASSE : (Consultez enfin les règles du serveur : une citation méconnue y figure. Trouvez la pour prouver que vous avez bien lu les règles)

(Donnez la ici) : Validé ! (Et je vous fais caca dessus)


Dernière édition par Ultimate le Sam 4 Oct - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ultimate

avatar

Pseudo Minecraft : Say2Slay / Ships
Messages : 748
Date d'inscription : 24/10/2012
Age : 17
Localisation : Midi-Pyrénées

MessageSujet: Re: Candidature de Duncan   Sam 4 Oct - 10:06

Fin de l'histoire de Duncan, remise au goût du jour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Candidature de Duncan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Salveria - Serveur Minecraft RP :: Présentations des Personnages :: Présentation de Personnage Héroïque-
Sauter vers: